FOOTBALL CLUB DE FAUX : site officiel du club de foot de FAUX - footeo

Histoire et Palmarès par Coco Bournazel

 

Histoire et petites histoires du foot à Faux

 

  

Les origines :

 

 

 

Sans remonter à l'âge de Pierre, on peut d'ores et déjà affirmer que les dolmens du plateau de Faux, les vallées giboyeuses de la Conne et du Couzeau, les cavernes et autres cluzeaux ont vu une espèce d'hominidés, rares à l'époque, proliférer sur des terrains fertiles(1) et accueillants tels que le Camp d'Issigeac, le Brandelet,  le Buth, le Repaire ou la Robertie : l'Homo Fagus Foot-Ballisticus ! De moeurs grégaires et poussant des citrouilles avec le pied il se distinguait déjà de l'Homo Rubipedus Rusticus, plus courant dans les environs d'Issigeac et espèce elle aussi bien mystérieuse qui n'a pas encore révélé tous ses secrets !

 

Notons au passage que ce  dernier, d'apparence civilisée, utiliserait ses mains pour manier d'autres citrouilles de formes plutôt ovoïdes. Cet engouement pour ce genre de courge a même poussé la tribu des Rubipedus à organiser une fête païenne aux alentours d'Halovouine, en l'honneur de la fameuse cucurbitacée! Quelle drôle de peuplade...

 

(1)Ici « terrain fertile » désigne : « une étendue de terre, plus ou moins plate, plus ou moins caillouteuse, parsemée de traces d'herbes plus ou moins folles et de galettes plus ou moins consistantes dont on attribuerait l'origine à des lointaines cousines  des aurochs  dont leurs portraits seraient encore visibles à Lascaux ! ».

 

 

 

La création :

 

 

 

Dans les années 40/50 la jeunesse du village aspire  au droit au bonheur et à découvrir des activités sportives ou des loisirs tant espérés lors de la victoire du Front Populaire, mais la guerre entre-temps était passée par là. Un club de Basket avec des équipes féminine et masculine existe déjà au début des années 50, mais cela ne satisfait pas les garçons, on ne joue qu'à cinq au Basket et beaucoup de jeunes préfèrent le Foot-Ball, sport d'équipe nécessitant davantage de joueurs, plus rugueux et historiquement plus ancré dans les mentalités (voir les origines).

 

Ainsi en Février 1951, (le 23 février exactement, date du récépissé de déclaration à la Sous-Préfecture de Bergerac) c'est la création d'un club qui à ce jour est un des plus ancien club rural de la région, l'Amicale Laïque de Faux.

 

Cette création nous la devons à un passionné, Roger Loubic et à ses amis Martial Bellugue, Gérard Bellugue, Henri Combes, René Combes, Roger Digeos.

 

Nous sommes ici au balbutiement du Foot-Ball rural, peu à peu d'autres clubs naissent et les Districts s'organisent avec leurs championnats. Cependant un événement unique va singulariser le village de Faux : la création de l'Union Sportive de Faux !

 

 

 

Le clasico : « lo mache dè fote-bal !»

 

 

 

Donc, durant ces années 50/60 la commune va vivre cette dichotomie fébrilement au rythme de ses deux clubs.

 

Les clubs de Premier league, de la Liga ou du Calcio nous excuseront, mais nous pouvons affirmer qu'ils n'ont rien inventé avec leur «  big match » entre les 2 Manchester, leur «clasico» entre le Réal et le Barça ou «la course au scudetto » entre les 2 Milan! Cela avait un autre parfum à Faux et bien avant vous, M.Berlusconi! Jugez par vous-même:

 

Village du haut : l'US, village du bas: l'AL ! Après les matches, l'US se réunit en haut, au bar Marcadet, (le Président de l'US), l'AL, elle, se retrouve au bar Bouchillou, en bas!

 

Le terrain du Repaire pour l'US, le terrain du Camp d'Issigeac pour l'AL!

 

L'équipe du Maire, André Désignère, plutôt à droite, l'US, contre l'équipe du Conseiller Général, Martial Bellugue, plutôt à gauche, l'AL!

 

En résumé, Clochemerle à Faux, ou plutôt Don Camillo contre Péponne! Sans parler des transferts à l'inter-saison, (le  mercato n'existant pas encore à cette époque), des rumeurs de départs ou d'arrivées, les négociations qui s'éternisent, la presse locale qui s'en mêle et les matches du Dimanche! Le gardien de but qui arrive de la chasse pour le match, pose le paquet de Gauloises et le fusil près de ses buts, on ne sait jamais, au cas où... L'homme au béret, Jeannot Rayet qui l'enlève dans le feu l'action pour faire une tête presque victorieuse « miladiou lei manqua! ». Heureux public de Faux, deux équipes c'est deux fois plus de matches « à la maison », deux fois plus de spectacle!

 

Avec, cerise sur le gâteau, les derbys entre l'US et l'AL ! D'un côté l'US, maillots verts et blancs, shorts blancs, chaussettes vertes et blanches, de l'autre l'AL, maillots bleus avec scapulaire blanc, shorts blancs, chaussettes bleues et blanches rayées, superbes toutes les deux!

 

Là, nous tairons toutes les anecdotes succulentes qui marquent la vie d'un village, il s'est passé sur les deux terrains des choses qu'un jeune foot-balleur ne doit pas savoir. Certains ont joué ces derbys et accompagnent aujourd'hui leurs  petits-enfants au stade, ils prodiguent des conseils empreints de sagesse et de fair-play « respecte ton adversaire, ce n'est qu'un jeu le Foot! » « ne conteste pas les arbitres, sans eux il n'y aurait plus de Foot-Ball! » « n'écoute pas ce que dit le public, cela va te déconcentrer » « fais comme Papy faisait, une-deux, centre en retrait et boum, dans la lunette! ». Oui nous tairons tout ce qui s'est passé, ne brisons pas les rêves de nos bambins en culottes courtes, il est si fort papy!

 

 

 

La pépinière:

 

 

 

Comment parler d'un club sans parler de son école de foot?  Impossible! En effet, pour durer et avoir un style de jeu, un club doit avoir son école de foot! En effet, si un enfant veut  répéter les gestes techniques qu'il a vus le dimanche il lui faut un lieu d'apprentissage.

 

NB:A ce propos là aussi une  réhabilitation historique est nécessaire. C'est bien là, à Faux, que furent inventés les formidables gestes techniques que le monde du ballon presque rond nous envie! Pardon les stéphanois, mais les tirs sur les poteaux carrés en bois c'est ici! Pardon Zinédine, mais la roulette sur taupinière avec entorse du genou, c'est ici! Pardon Cristiano, mais la reprise de la tête avec marquage de la valve en plastique sur  le haut du front, c'est ici! Pardon Laurent, mais les dégagements des six mètres du pointu avec chaussures à bouts carrés(comme les poteaux), c'est encore ici! Et oui, tous ces beaux gestes qui sont l'essence même de notre sport ont vu le jour sur notre plateau, au milieu des cailloux et avec des ballons « pur cuir » qui sentaient la graisse de phoque et éventuellement autre chose.

 

Donc, les premières équipes de jeunes, en l'occurrence les cadets, ont été créées en 1971, puis suivirent les minimes et les pupilles. Emile Martinello, Lulu Bournazel, Yves Inizan, aidés de M. Malbouriane, M. Barjou, Pierre Crestia, André Vergnolles et autres anonymes, furent les premiers responsables d'équipes de jeunes, mais aussi chauffeurs, traceurs de terrains, arbitres, coupeurs de citrons ou d'oranges, soigneurs, recruteurs, organisateurs de tournois sans sono avec 82 équipes à faire jouer(et oui record pour Emile), etc. Sans oublier leur épouse sans cesse aux lavages des maillots, raccommodages des maillots, repassages des maillots, casse-croûtes, etc.

 

Sans tous ces bénévoles une école de foot n'a pas de bases et tôt ou tard c'est le club qui s'effondre! L'anonymat et le désintéressement sont deux vertus qui se perdent hélas, mais dans le club de Faux elles sont encore présentes!

 

Aujourd'hui beaucoup d'anciens de l'école de Foot ont repris le flambeau et sont dans la structure du club (Bureau) ou directement sur le terrain au contact des jeunes (Ecole de Foot, équipes Séniors), preuve qu'une graine a germé en 1951 et qu'elle est devenue un bel arbre vivace (116 licenciés actuellement et des équipes à toutes les classes d'âges, des U7 aux Vétérans).

 

Au niveau des titres et des trophées, vous trouverez tout ce que les équipes de jeunes ont gagné dans la rubrique prévue à cet effet, mais il nous semble juste de parler en particulier de l'équipe junior encadrée par Lulu Bournazel, Emile Martinello et Yves Inizan, aidés d'André Vergnolles, de Pierre et Alain Crestia, durant les années 1976/77/78/79/80.

 

Ce fut la seule fois dans le club où une équipe de jeunes joua en Ligue d'Aquitaine après avoir été Championne des Inter-Districts, puis finit 3° de Promotion Honneur d'Aquitaine et  ¼ de finaliste de la Coupe d'Aquitaine, chutant contre l'équipe 1 des Girondins de Bordeaux sur le score de 4-0. Ces résultats étaient l'illustration d'un retour à l'envoyeur, une forme de remerciement à tous ceux qui oeuvrent dans l'ombre pour le bien des jeunes dans un village.

 

 

 

Oh les filles, Oh les filles!...:

 

 

 

Si les garçons ça marche, ou plutôt ça court, pourquoi pas les filles? C'est la question qu'a dû se poser Emile Martinello au début des années 70! Cela a commencé par l'organisation d'un tournoi le lundi de pentecôte et très vite l'idée a dépassé les limites du Département. D'un tournoi local, Emile a dû voir ses ambitions à la hausse! Au bout de quelques années le terrain municipal a vu défiler, mais surtout courir des internationales françaises issues d'équipes jouant dans le Championnat de France (Soyaux, Foix, Pamiers, Toulouse, Colomiers, Muret, Bordeaux...).Jusqu'à 52 équipes sont venues à Faux se mesurer à ce qui se faisait de mieux dans la région du Grand Sud-Ouest.

 

Non content de ce succès Emile Martinello crée en parallèle des équipes garçons, une section Féminine et préside à sa destinée. Jusqu'en 1993, date de la scission définitive du Club, ce ne sera pas moins de 24 titres départementaux, régionaux et deux années en Championnat de France qui ponctueront cette aventure féminine à Faux (voir rubrique trophées et titres).

 

 

 

Debout les gars réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup!

 

 

 

Et oui les gars, les filles vous ont battu à plate couture au niveau des titres, mais vous allez répondre que c'est plus difficile chez les hommes, qu'il y a plus d'équipes, qu'il y a moins d'écart de niveau entre les équipes masculines, etc. Forcément vrai mais pas complètement! Le foot se pratique à onze contre onze,sur un terrain d'environ 100m sur 75m, pendant une heure et demie, avec un ballon, mais à la fin c'était les filles de Faux qui gagnaient!(un petit clin d'oeil à Gary Lineker au passage).

 

Cet esprit de gagnants(es), les garçons l'ont également mais les titres se font attendre...Cependant une équipe a marqué l'histoire du club et remporté le seul titre vraiment marquant! C'est l'équipe de l'entraîneur Jean Marc Madelpech autrement plus connu sous le pseudonyme de « Jimmy »! Jimmy, tout un poème! Artiste chanteur à ses heures, restaurateur du patrimoine local la journée et surtout grand amateur de jeux de balles et de mots.

 

Son équipe va réussir à devenir Championne de Dordogne de Promotion de Première Division en n'ayant perdu qu'un seul match, encaissé que 13 buts, marqué plus de 50 buts en 24 matches et son gardien, Momo qui se reconnaîtra, ayant arrêté 8 pénalties sur 9 tirés par les équipes adverses! En résumé le record tient toujours! Vivement qu'il soit battu !

 

Cependant une clameur monte de la Robertie, tout un stade se met à chanter, les deux tribunes archi-combles se sont levées comme un seul homme au coup de sifflet final, le score de 8-0 est sans appel, quelle est cette équipe? La tribune « René Monteil » et son kop répondent à l'appel de la tribune d'honneur, ce chant nous le connaissons, il vient des rives de la Mersey, de la route d'Anfield, vous ne marcherez plus jamais seuls ! You will never walk alone ! Oui, les « boys  de 1993» de Jimmy ne marcheront plus jamais seuls car les « blues de 2011» de Renaud Legal ont ajouté une ligne historique au Palmarès du club ! Pour la première fois le club accède à la Première Division, le plus haut niveau départemental, l'ancienne Excellence, juste avant la Ligue ! Rendez-vous compte, l'année du soixantenaire, il fallait le faire !...Et ils l'ont fait ! Bravo à eux!

 

 

 

Les Présidents depuis 1951:

 

 

 

Roger Loubic en 1951 (AL Faux)

 

Augustin Boni (AL Faux)

 

Guy Delpit (AL Faux)

 

Emile Piboyeux (AL Faux)  

 

Emile Martinello pour la Section Féminine de 1975-1993

 

Guy Chatillon (AL Faux) 

 

Bruno Agostini (AL Faux) 

 

Alain Legal de 1987 à 2001(AL Faux puis FC Faux)

 

Christian Cots de 2001 à 2004 (FC Faux)

 

Audrey Legal,Olivier Fontayne,Dominique Glais depuis 2004 (FC Faux)

 

 

 

Les terrains depuis 1951:

 

 

 

« Le Camp d'Issigeac » chez M.Rameau

 

« Le Brandelet » à Campguilhem

 

« Le Buth » chez M.Barriat et « La Robertie » chez

 

M. Helias et M. Versannes pour les tournois

 

« Le Repaire » au Château chez M. Du Repaire

 

« Le Terrain Municipal de la Robertie » (capacité : 51,5 places assises et tout le reste debout. En 2010 l'édification de la tribune Est ou tribune « René Monteil », a porté la capacité du stade à 55, voire 56 places!).

 

Ici il est utile d'évoquer la construction du stade qui eut lieu du temps d'André Désignère alors maire du village, elle ne manque pas de singularité.

 

Aujourd'hui beaucoup de jeunes se plaignent régulièrement de la mauvaise qualité des terrains pour expliquer leurs contre-performances ou pour ne pas faire les entraînements sur le « terrain du bas »! Nous pensons qu'il est bon de rappeler les efforts financiers que font les petites municipalités pour offrir un terrain de jeu aux jeunes du club. En 1975, la municipalité décida donc à la plus grande joie des nombreux fans de foot de construire un stade, en l'occurrence l'actuel. Mais les coûts étant exorbitants le stade fut réalisé avec de la bonne humeur, de la bonne volonté, une bonne dose de système D, beaucoup de sueur, un tournevis et un seau! Et oui les jeunes footeux du village furent mobilisés avec les fameux outils pour enlever les galets qui constituaient l'essentiel de la future nouvelle pelouse! Ainsi on peut affirmer que tout le remblai placé devant les vestiaires, devant le foyer et derrière les tribunes, est composé de ces maudits galets, et gageons que dans quelques milliers d'années, les archéologues et autres géologues de l'Université de Bordeaux élaboreront des thèses afin de comprendre ou d'expliquer le fameux « accident géologique robertien »!

 

Toujours est-il que depuis cette époque du grand bouleversement géologique, les joueurs de Faux n'entendent plus les cliquetis caractéristiques des crampons alu sur les galets et que les tacles sont aujourd'hui envisageables!

 

Au terrain, s'ajoutèrent ensuite les vestiaires. Là aussi l'huile de coude fut l'élément principal nécessaire à leur édification. Avant les joueurs n'avaient pas de vestiaires et la douche étaient constituée les jours de pluies d'un fossé rempli d'eau! Tant pis les jours de sècheresse, pas de douche!

 

Ce sont essentiellement Marcel Constanzzo « dit le Marseillais », aidé de Lulu Bournazel, Emile Martinello, Marcel Caillaud, André Désignère (Maire de l'époque) qui ont bâti ce qui est devenu aujourd'hui le foyer et le local technique. Deux vestiaires et six douches communes formaient le bâtiment (normalement 3 pour les visiteurs et 3 pour les locaux, cela dépendait de l'atmosphère de fin de rencontre, il y eut parfois des rencontres où les visiteurs préféraient partir de suite, le nouveau terrain n'étant pas, finalement, très salissant...).

 

 

 

Le fanion du club:

 

 

 

En 2006, le Bureau a opté pour un fanion reprenant les éléments identitaires de Faux, à savoir un Dolmen(2) cerné de deux branches de hêtre, arbre qui a donné le nom à la commune (3), encadré de la date de création du premier club de foot « 1951 » et du nom actuel du club « FC Faux »; le tout sur fond Marine et Blanc, couleurs actuelles du club(4).

 

(2) Faux est une des rares communes du Sud-Ouest à posséder autant de Dolmens sur son territoire, quatre au total : un disparu, explosé! Un déplacé! Et deux intacts, ouf!

 

(3)Au XI° siècle des écrits mentionnent pour la première fois Faus avec cette orthographe, du latin « fagus », le hêtre.

 

(4)Durant cette même année un ardent débat vit le jour quant aux couleurs!

 

En effet, un vent contestataire, de force 13, venant du Sud Est, voulut déraciner notre hêtre, balayer nos dolmens et délaver notre bleu marine au profit d'un bleu ciel à l'esthétique et à la moralité douteuses. Mais solides comme nos dolmens et profondément enracinés comme le hêtre, les partisans du bleu marine balayèrent tous les arguments des frondeurs qui acceptèrent leur défaite autour d'un verre rempli d'un liquide aux fortes effluves méditerranéennes (en fait la seule chose que nous ayons gardée de ce peuple contestataire).

 

 

 

Les trophées, les titres et autres exploits:

 

 

 

En féminine:

 

 

 

Equipe 1:

 

 

 

Championne 1° série Aquitaine 1979/80

 

Championne Promotion Honneur 1980/81

 

Championne Division Honneur 1987/88

 

Barragiste Championnat de France 1987/88

 

Championne Division Honneur 1992/93

 

1° Inter-régional 1992/93

 

Montée en Championnat de France 1B 1993/94

 

Vainqueur Coupe de la Dordogne 1986-1988-1989-1990-1991-1992-1993

 

Vainqueur Coupe d'Aquitaine 1989-1990

 

 

 

Equipe 2:

 

 

 

Championne d'Aquitaine PH 1990/91

 

Vainqueur Coupe d'Aquitaine 1990/91

 

Vainqueur Coupe de la Dordogne Encouragement 1988-1989-1991-1993

 

Championne de Dordogne 1989-1990

 

 

 

En séniors, Hommes:

 

 

 

Champion de Dordogne P1°Division 1992/93

 

Finaliste Super Challenge de la Dordogne 1993/1994

 

¼ de Finaliste Coupe de la Dordogne 2008/2009

 

2010/2011:Accession en 1° Division (ancienne Excellence) et 2° de Promotion de 1°division

 

 

 

En équipes de jeunes:

 

 

 

Champions Inter-Districts Juniors 1977/78

 

3° du Championnat PH Juniors Aquitaine 1978/79

 

¼ de Finaliste Coupe d'Aquitaine 1978/79

 

Champions de Dordogne Minimes Foot à 7 1988/89

 

Vice-Champion de Dordogne Cadets Foot à 7 1988/89

 

2° du Championnat District Juniors 1992/93

 

Champions de Dordogne 1°Division U13 2004/05 (en entente avec Pays Lindois)

 

Champions de Dordogne Excellence U13 2006/07 (en entente avec Pays Lindois)

 

 

 

 

 

Remerciements :

 

 

 

Le club du Fc Faux remercie toutes les personnes qui ont contribué à l'éclaircicement de notre passé de « pousseur de citrouille », notamment Emile et  Micheline Martinello, Lucien et Simone Bournazel, Alain et Josiane Legal, Jeannot Versannes, Christian Lavergne et tous ceux dont nous avons eu l'indélicatesse d'oublier! Qu'ils en soient tous remerciés!

 

 

 

Ceux qui nous manquent :

 

 

Pour terminer, soixante de foot, c'est soixante ans de joie mais aussi de peines, beaucoup nous ont quittés, souvent trop tôt:

-les derniers en date et plus loin dans le temps:

Pierrot Lhaumond, Rachid Hamadi (dit « Jacques Rachid » le dribbleur et jongleur fou, plus 500 jongles du pied droit!), Laurent Deguilhem, Pierre Thivet (notre rigoureux secrétaire pendant de longues années), Alain Gérodolle (joueur et technicien né) et son père René (disparu accidentellement), René Formaggio (dit « Philibert » l'homme qui faisait des touches plus longues que des centres),Marie Laure Martinello (une des premières joueuses de Faux), Corinne Escalier(joueuse et capitaine de l'équipe féminine de Nationale),Nadira Khaldi (fameuse pâtissière et cuisinière de couscous), Jacky Montayaud (fin joueur et réparateur « hors-pair » des chaussures de foot), Serge Cots (aîné d'une famille de 11 joueurs et dirigeants au club), Rabbah Laïb, Eric Lanzas (une muraille en défense centrale), Dahmane Hamadi (disparu trop jeune), Alain Fontayne (notre installateur et réparateur de sonos pour les tournois), Charles Vergnolles,André Vergnolles (dit « le grand Vergnolles » et arbître de touche fidèle), Marcel Constanzzo (le bâtisseur marseillais), Pierrot Monteil et Alain Rayet (les discrets et généreux Naussannais), Jean Luc Legal, Jean Pierre Poujol, Eric Mondon (tous 3 disparus brutalement), Roger Loubic, Augustin Boni, Bruno Agostini, Emile Piboyeux et Guy Delpit (les Présidents qui payaient tour à tour les banquets du dimanche soir aux équipes), M.Pansart, Roger, André et Emilien Digeos (tous des Micaliens), M.et Mme Marcadet, M.et Mme Bouchillou Hervé et Margaux (tous 4 restaurateurs et coeurs du village), Xavier et Emile Cordier,Denis Champ(le premier coupeur de citrons et un des premiers dirigeants) ,Emile Rives, Martial Bellugue, Michel Madelpech et Jeannot Legal(disparus accidentellement loins de Faux) M. Burger (un des premiers des premiers goals), Henri Combes et tous les autres fondateurs, André Désignère et autres acteurs que malheureusement notre mémoire incomplète ne connaît pas.

 

NB:les personnes relevant des oublis voudront bien le signaler lors des 60 ans du foot, merci à eux!

 

 

 

 

Reprise seniors

27 juillet 2018 16:39

Reprise seniors
*REPRISE SENIORS* Messieurs, rendez-vous au stade de Faux le vendredi 3 août, pour un début d’entraînement à 20heures ! Prévoyez vos tennis, vos crampons et une bouteille d’eau ! Lire la suite

Aucun événement

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 U.S. MUSSIDAN ST MED 43 22 12 7 3 0 33 20 0 13
2 LE TAILLAN A.S. 43 22 12 7 3 0 32 19 0 13
3 ST MEDARD EJ 39 22 11 6 5 0 35 24 0 11
4 MEDOC COTE D ARGENT 37 22 11 4 7 0 31 22 0 9
5 ARSAC LE PIAN 36 22 11 3 8 0 50 37 0 13
6 FAUX F.C. 32 22 9 5 8 0 26 21 0 5
7 MARTIGNAS ILLAC 31 22 9 4 9 0 39 25 0 14
8 PAUILLAC STADE 29 22 8 5 9 0 28 34 0 -6
9 PORTES ENTRE 2 MERS 28 22 8 4 10 0 40 42 0 -2
10 A.S.S.A. DROPT 26 22 7 5 10 0 22 24 0 -2
11 PAYS DE MONTAIGNE 12 22 3 3 16 0 18 47 0 -29
12 PORTUGAIS C.S 11 21 3 3 15 1 17 56 0 -39